released by japanese label symbolic interaction
the record is released in feb 2010 (europe, usa) and march 2010 (japan)
music written & produced by laurent girard, at home, between nov 2006 and feb 2007
mastered by rudi arapahoe
artwork by laurent girard and kentaro togawa

complete artwork here

1. bombs : 2'34
2. in the forest at night : 3'14
3. wreckage : 2'06
4. kissing disease (first version) : 2'31
5. german voice : 3'15
6. the hole : 2'04
7. guitare theme : 2'44
8. landscapes : 5'57
9. a soft light : 2'31
10. endless guitare : 3'36
11. insomnia : 28'18

or directly from the label (jp) HERE
or at 'norman records' (uk)
or at 'darla' (usa)
or at 'n5md mailorder' (usa)
or at 'linus records' (jp)



igloo magazine (usa)

Before listening to the newest Melodium album, I assumed the majority of French musician Laurent Girard's work followed the blueprint of hallucinatory folk music over scrap book beats that he used so effectively on Music for Invisible People. So I was quite surprised to pop in Palimpse and find 11 tastefully minimal tracks of gently filtered instrumentation, with nary a lyric or drum beat to be heard. The shock was a little off putting at first but my ears were quickly seduced by the nocturnal charm of Girard's guitar and piano, and I found myself transported to an imaginary pond at dusk with fiery twin suns sinking into the leaf littered waters of half forgotten dreams.
While these compositions are less viscerally enjoyable then the Girard's energetic interpretation of poppy electronica, they are undeniably beautiful and in a way more emotionally satisfying. Melodium's music has always hinted at tragedy beneath its bubbly surface, but with a bright and sunny disposition that made the angst seem only half serious. The simple elegance of Palimpse allows this feeling to expand to colossal proportions (without descending into melodrama) until the music takes on the feeling of calm after a storm or the quite strength of an entity surviving their own personal dark night of the soul.
Palimpse is an unusual album not only because it represents a departure from Melodium's modus operandi, it also has a bizarre track layout. While the liner notes claim 11 tracks; it's a little misleading. 10 of the songs are brief snippets rarely going over three minute in length, yet the closer "Insomnia" clocks in at just shy of half an hour! As a result Palimpse feels more like two EP's joined at the hip than one continuous full length. It is an intriguing experiment, I assume attempting to exaggerate the dream-like hypnosis the album inspires, with the listener unsure when one track ends and another begins. Unfortunately, it is more of a distraction than anything else. The songs themselves are all wonderful blends of reversed guitar, haunting piano notes, chopped vocal samples and field recordings, but they end before the listener has an opportunity to fall fully under their spell.
Fortunately "Insomnia" makes up for it in spades. This song has the same basic components as the first half of the album, a sequence of movements derived from a variety of instruments with subtle post production twists, but the distinction of making them all one piece of music makes a profound difference. The segmented nature of the first 10 songs has a wave like quality, with cliffs and valleys that can often be quite jarring. "Insomnia," on the other hand, is an uninterrupted glacial plain that seems to stretch into infinity. This sonic landscape is much more complementary to the ambient approach Girard is experimenting with, and as a result it is far and away the strongest moment.
At first I was somewhat displeased with this album, finding it one exceptional song with a bunch of half finished sketches shoved in like deleted scenes on a DVD. With each additional listen however, it began to feel as if Girard was making an intentional statement about how the tendency to focus on easily digestible songs hinders music's potential growth. I may be reading way to deep into this, trying to justify a bunch of filler because I fundamentally want to like this album, but the bottom line is that the more one listen to Palimpse the more it has to offer. Ultimately I suppose it is irrelevant whether Girard is trying to tell us something about the nature of composition or just padding his album, when music is this good it is probably best just to shut up and listen.

textura (ca)

Undoubtedly the most striking thing one first notices about Laurent Girard's latest Melodium release, Palimpse, is that it couples ten tracks of modest duration with an eleventh that tips the scales at twenty-eight minutes. It's as if the release conjoins two separate projects, one filled with bite-sized morsels and the other a giant-sized meal. For whatever reason, the material was recorded at his Nantes home between November 2006 and February 2007 but is only seeing the light of day now. No matter: Melodium fans will lap it up, as Girard demonstrates that his melodic talents are in as good a shape as ever. As always, his distinctive and recognizable composer's voice comes through in the melancholy guitar (acoustic and electric), glockenspiel, and piano melodies that thread throughout his electronically assembled vignettes. Regardless of their differences, his songs exude a breeziness and wistfulness that give them great appeal (something heard to great effect in this recording's “Landscapes,” for example).

The titles of the opening songs trigger immediate associations, though the songs' contents accomplish much the same. Sounds of wartime and a French speaking voice extend the meaning intimated by “Bombs,” while simulated animal chatter and acoustic guitars suggest a setting tinged with magic during “In the Forest at Night.” In truth, the songs are so appealing that they don't need to be dressed up with excess detail; the piano and violin etude is already affecting enough in “German Voice” that the murmuring voice isn't needed, and the layers of fuzz draped across the delicate guitar picking in “Endless Guitare” more obscure the song's simple beauty than enhance it. But all such matters recede in significance when the album's episodic epic “Insomnia” appears. After a funereal opening which pairs brooding cello and piano motifs (a ticking watch audible faintly in the distance), the piece grows more plaintive, until everything drops away except for overlapping French horn and trombone tones. Soon after, a stately cello pattern appears, other strings join in, and a flute-like keyboard adds its own Glass-like voice. Needless to say, at this juncture the piece is fully awake, and the segues from one passage to the next seem to occur more frequently. But then a retiring mood sets in, with “Insomnia” slowly retreating into darkness before fizzling out. Not to denigrate the material preceding it, but the final piece casts such a large shadow over the rest of the album, it can't help but be the most memorable thing about it.

chroniques électroniques (fr)

L'angevin Laurent Girard, ou Melodium, a réalisé plus de quinze albums en même pas dix ans. Les habitués - de bon goût - d'Autres Directions in Music se souviennent probablement d'albums tels que La tête qui flotte ou Music for Invisible People. Nous avions nous même rédigé une chronique à propos du très humble et soyeux Lullabies for Adults (ici), gorgée d'une électronica subtile et empreinte de sonorités rappelant le doux âge de l'enfance. Cette fois-ci, Melodium s'associe au bien trop rare label asiatique Symbolic Interaction pour publier Palimpse, confectionné entre 2006 et 2007.
Kentaro Togawa, tête de proue de ce label ô combien enchanteur, a participé à l'élaboration de l'artwork, sobre mais terriblement évocateur du contenu à venir.
Il y a des albums capables de terrasser n'importe quel aigri par leur apparente et désarmante simplicité. Palimpse fait partie de ceux là, même si la réalisation de cet album n'a pas dû être si simple.
Véritable diamant pop sur lit ouaté de field recordings, Palimpse évoque des territoires naturels innocents et majestueux. La tentation de qualifier cette musique de folktronica est forte. Cette appellation d'origine peu contrôlée est réfutée par son auteur lui même.
En effet, la quasi totale absence de "rythmique percussive" (batterie, boîte à rythme) tend à lui donner raison. On ne peut tout de même s'empêcher de penser que le sieur Girard est allé se nourrir au sein de l'héritage des musiques concrètes.
Les cordes, délicates et mélancoliques, cohabitent avec des pianos et des sonorités de pleines natures. Le moindre craquement ou bruissement venteux nous fait fermer les yeux en nous transportant vers des contrées vierges, tels des spectateurs témoins des bouleversements saisonniers.
Conçus majoritairement en format court, chaque morceau recèle sa propre émotion, sa propre histoire. In the Forest at Night, Wreckage, Guitare Theme ou Landscapes s'élèvent tous comme des petits joyaux.
Il arrive même d'entendre des voix, chuchotées ou subtilement trafiquées comme sur les somptueux German Voice et Kissing Disease (first vesrion). Le très beau Bombs d'ouverture est lui aussi accompagné des mots d'une mystérieuse femme, qui s'est excusée auprès de tous ceux qui la connaisse.
L'intriguant The Hole vient rompre avec le climat rassurant en se livrant à des expérimentations proches du drone et de l'ambient. Pourtant très réussi, on ne comprend pas bien pourquoi ce titre est placé là. Peut-être préparait-il déjà, l'aventureux et très ambitieux morceau fleuve Insomnia (plus de 28 min), où toutes nos certitudes s'effondrent sur la conception des compositions électro-acoustiques. Littéralement envoûtante, cette fresque tend à confirmer mon idée au sujet de l'influence des musiques concrètes.
Cet album est donc un petit trésor, qui probablement ne parviendra qu'à un nombre trop peu important d'oreilles. Espérons que les chroniques rédigées par des sites voisins et amis (ici et ici) aideront cet opus à sortir de son injuste confidentialité.
par Ed Loxapac

Caleidoscoop (nl)

De Fransman Laurent Girard gaat al sinds 1999 schuil achter zijn muzikale alias Melodium. Hiermee brengt hij legio releases uit op labels als Disasters By Choice, Audio Dregs, Autres Directions In Music, Arbouse, Static Caravan, Active Suspension en meer. Hij komt uit dezelfde post-elektronica hoek als O.Lamm, Encre, Colleen, Hypo, Gel: en Davide Balula. Zijn albums zijn allemaal zeer speels en vaak springerig, maar niet allemaal even interessant. De leukste albums zijn die waarop hij experimenteert met van alles en nog wat inclusief verschillende genres. Zijn puur elektronische albums zijn zeker niet slecht, maar gewoonweg minder opzienbarend. Nu presenteert hij zijn dertiende studioalbum Palimpse op het geweldige Japanse label Symbolic Interaction. Girard komt hier toch weer verrassend uit de hoek. Het is allemaal minder speels en juist meer ingetogen. Hij mengt pakkend akoestisch gitaargetokkel met pastorale elektronische klanken, glitch elementen, stemsamples, pianostukken, (geluiden van) strijkers en vleugjes post-rock en shoegazermuziek. Daarmee fabriceert hij uiterst breekbare composities, die behoorlijk melancholisch en filmisch te noemen zijn. Organische folktronica van de bovenste plank die wel herinneringen oproept aan Library Tapes, Yellow6, Peter Broderick, Eluvium en Max Richter. De cd bevat 10 korte tracks en tot slot het nummer “Insomnia” van maar liefst 28 minuten, dat een haast klassieke soundtrack is voor een denkbeeldige film. Het is een fraaie kroon op een biologerend werk. Zonder twijfel het beste dat Melodium tot nu toe heeft gefabriceerd.

Normanrecords (uk)

What to say about Melodium that hasn't been said in our reviews before? I dunno 'cos I can't be arsed going back and actually reading them all so apologies if I'm just repeating things. On Palimpse he's adeptly displaying his twinkly pastoral electronica skills, evoking all manner of scenes - woods with glitter floating through the air, memories of lazy countryside strolls and how I imagine a life lived in a snow globe to sound. That's not to say there's no darkness in his music whatsoever though, as tracks like 'The Hole' demonstrate more than ably, but to me it's a dreamy fairy tale darkness, still containing some sort of innocence.. Albeit perhaps threatened by some sort of sinister force. An expertly crafted CD to fire the imagination.

Pop revue express (fr)

On avait laissé Melodium en 2009 avec un très chouette album "Lullabies for Adluts" placé sous le signe des claviers vintage. Moins d’un an après, il est de retour avec un nouvel album, aux consonances plus folk(tronica), mais où les claviers n’ont pas totalement disparus, avec notamment un piano très présent. Un album, comme souvent chez les français, où les boucles, les motifs et les mélodies occupent une grande place et se répondent d’un titre à l’autre, avec même ici quelques passages ambient assez réussis dont le titre "Insomnia" qui clôture en beauté et tout en noirceur l'album.
Fidèle à l’univers musical de Melodium, "Palimpse" est un album beau est simple à la fois, plein de douce mélancolie et à côté duquel il serait dommage de passer.

Playlist society (fr)

Les disques sont comme des rêves trop réels. Chaque nuit vous vivez à leurs côtés milles et une histoires, des aventures féeriques, des drames psychologiques, des courses effrénées où l’on fuit devant des riffs offensifs. Puis on se réveille en sueur, l’âme rassasiée ou effrayée. Des images restent, d’autres disparaissent. On joue avec les mots, on joue avec les envies. Légitimement, on finit par tout remettre en cause. La réalité devient flou et s’efface avec le temps. Tous ces disques sont des souvenirs, certains nous accompagnent pour toujours, d’autres ont besoin d’une piqure de rappel.
Il y a quelques temps, j’ai reçu un album en provenance de l’adresse « melodiumbox » qui parlait d’un projet intitulé Melodium. Je n’ai pas compris. J’ai fermé le mail puis je l’ai consciencieusement déposé dans la catégorie « à écouter », dans cette catégorie fourre-tout qui déborde de futurs rêves. Il aurait pu longtemps moisir dans ce placard à chimères.
Puis, au cours d’un échange épistolaire 2.0, un de mes lecteurs érudits - de ceux qui orienteraient vos prochains choix de critiques et qui rendraient vaines toutes tentatives de prospection musicale – me demanda si j’avais eu le temps de jeter une oreille à son projet. Avec ce « melodiumbox » dans la barre de destination, je fis tout de suite le rapprochement mais malheureusement pas le bon. Commençant à voir naître une certaine confiance dans les goûts du garçon, je m'empressai d’aller jeter une oreille sur son projet. Les premières nappes étaient électroniques et le mot Melodium trottait dans ma tête à la recherche d’un déclencheur émotif. Et puis enfin je tiltai, mais encore une fois d’une manière incongrue. Melodium ! Les souvenirs me revinrent et « La tête qui flotte » émergea complètement de l’eau. « Il est culotté mon érudit de lecteur de comme ça piquer le nom d’un groupe qui avait tant marqué mon année 2005 ! » La suite vous la connaissez… Mon érudit de lecteur avait toute légitimité à être si érudit puisqu’il s’agissait en réalité d’une des fines fleurs de l’électro française de cette dernière décennie :)
Entre « La tête qui flotte » et ce nouvel opus, beaucoup de choses ont été publiées, des choses qui n’ont malheureusement jamais traversé le mur de la nébuleuse des sorties. Que s’est-t-il passé pendant ces cinq années ? Comment est-on passé d’une electro-pop quasi abstrackt aux contours lettrés (« Se rayer provisoirement de la liste des vivants ») à cette odyssée ambiante d’influences bien plus cinématographiques ? Il me suffirait probablement de demander à mon lecteur érudit. Il accepterait sans nul doute une petite interview. Mais non je préfère ne pas comprendre, rester dans la méconnaissance ; l’incompréhension est tellement plus propice aux rêves.
« Palimpse » est donc la bande originale d’un nouveau voyage. Tout n’y est que velours instrumental. La guitare et les nappes réinventent la folktronica (« In The Forest At Night »), les crépitements prennent nos doutes dans leur bras (« Wreckage ») et des voix lointaines nous guident à travers l’obscurité (« Kissing Disease - First Version »).
Si le discours a changé, si la recette a été revue de fond en comble, il reste chez Melodium cette évidence du songwriting, comme si les chansons étaient écrites, jouées et enregistrées dans la foulées avec une naturelle évidence (« German Voice »). Il ne suffit de pas grand-chose, d’une ligne de guitare tout au plus pour permettre aux chansons de trouver leur chemin (« Guitare Theme »).
Au final, le seul vrai défaut de « Palimpse » tiendrait presque dans son manque de velléités commerciales. A chaque fois que Melodium tient une grande mélodie, on dirait qu’il fait tout pour la garder jalousement et éviter d’en faire une chanson qui pourrait séduire un public plus largue. Dommage par exemple qu'il se refuse sur certains titres à laisser intervenir des invités vocaux qui auraient transcendé les chansons (« Landscapes »).
Une fois de plus, on se réveille en sueur, l’âme rassasiée et effrayée. Rassasiée par l’exquise tenue, par l’insondable cohérence de l’œuvre ; effrayée par ces chansons qui auraient pu être encore plus.
Heureusement, « Palimpse » se clôt sur « Insomnia », une chanson monde qui du haut de sa demi-heure aurait pu être un album à elle toute seule. Avec elle c’est l’assurance de ne plus redormir, de ne plus laisser les états vaporeux cacher sous la brume des albums si importants.
Note : 7/10