--- you can buy my releases here ---

this is the website of melodium...


news
disco
bio
mp3
various



interviews :

interview radio campus 2005 : listen -->

 



-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
INTERVIEWS
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
KOSTAR 09/2008

Ingénieur en travaux publics et jeune père de famille, installé sur Angers, Laurent Girard est l’unique membre de Melodium. Son projet folktronica est le secret le mieux gardé du paysage musical actuel.

Pendant que certains s’abîment les pouces au grattage et s’esquintent les yeux au tirage dans l’espoir de gagner le gros lot, Laurent Girard, lui, sort des disques. Avec les ventes de Vilnius et Tracks from the past, deux self release pouvant s’écouter comme deux voyages en solitaire, Melodium a payé un voyage à Venise à sa femme. «?Elle le méritait bien?». Car la musique, ce garçon de 33 ans l’envisage comme un hobby. «?Je fais de la musique comme d’autres font du bricolage?». Tranquillement et librement. «?La vie est assez chiante pour que je ne m’impose pas des contraintes lorsque je compose?». Ni nerd, ni geek mais monsieur tout le monde, Melodium joue, à l’abri des regards, la bande son de la génération de la lose. Celle dont la tête flotte dans un océan de mélancolie. Bien que même pas localisé sur la cartographie de l’industrie, Melodium peut compter sur des fans hardcore se précipitant sur chaque nouvel album. Déjà plus de dix au compteur en presque dix ans d’existence. «?Dans le monde, j’ai un ou deux fans par pays. Alors qu’en France, j’ai vendu quinze exemplaires de Vilnius, au Japon, j’en ai écoulé une centaine ». Preuve que partout, beaucoup se retrouvent dans ces pièces sonores, touchant immédiatement à l’intime. Chacun y fait défiler des images tournées en Super 8. En ce sens, Saturday morning, attrape-cœurs de l’album Music for invisible people, figurerait au sommet du top 5 établis par Nick Hornby «?des chansons à écouter le lendemain d’une rupture?». «?Il aurait mérité d’être au Top 50?», sourit Melodium. Malheureusement, il est resté tricard au sous-sol. Pourtant, il serait douloureux pour les amoureux de la première heure de laisser filer ces morceaux dans la nature. Laurent Girard partage ses petits plaisirs folktronica au compte-gouttes. Comme pour prouver qu’il y a toujours du soleil au-dessus des nuages. Comme pour prouver que les émotions procurées par une mélodie bercée par les rayons du soleil d’un été indien restent sans doute inexplicables, mais ne doivent jamais rien au hasard.?
TEXTE / ARNAUD BÉNUREAU


CUEMIX 12/2006


CM>>>Two releases in one year! "Flacana Flacana" in September followed by "Music For Invisible People" in November. How does it come to this?


Laurent>>>Actually, there were 3 albums this year, also 'there is something in the universe' released in April on disastersbychoice...I composed 'music for...'during summer and autumn 2005, and 'flacana flacana' was composed really quickly (not more than half a day per track) in November and December 2005, but they came out at the same time, it was not done on purpose...and I don’t think it's a good thing but it's not a big deal, 'flacana flacana' is mostly distributed in USA an 'music for...' in France...

CM>>>In my opinion, please correct me if I am wrong, "Flacana Flacana" is an album, which shows your addiction for telling stories by melodies. "Music For Invisible People" is more a concept album that tells a story accompanied by lyrics.. Maybe it's better if you explain me the difference between these two albums!?

Laurent>>> I composed 'music for..' to please my wife who likes pop song and likes when I sing...it's hard for me to hear my voice because I don’t think I sing well, but it was fun making this record and pop songs...the most conceptual album is 'flacana flacana', the aim was to obtain something very simple, spontaneous, I wanted to alter acoustic guitar tracks, with short interludes made of electric guitar...I wanted it to sound like a kind of a movie soundtrack, something peaceful without beats...

CM>>>"Music For Invisible People". What's behind the title of the album? What is meant by "Invisible People"? People who lost their vitality, people who live a normal "grey" live between thousand others?

Laurent>>>Invisible people is related to me as I’m not performing live and don't try to be exposed, I don't care...as I have the most normal live in the world, I work, eat, go to bed early...I like the fact to be unknown, and this album is dedicated to people who aren’t exposed but are however cool people...

CM>>>The song titles can be read as the chapters of a book. In which situation and mood have you written the songs? Do you went to a special place to create "Music For Invisible People"?

Laurent>>>The song titles often come from the book 1984 which is my favourite book ever...I composed the guitar melodies of 'music for' when I was on holidays on the Island of Oleron...maybe the sunny atmosphere can be perceived in the melodies, I don’t know....the fact is that I can compose at anytime of the day but not at night as I like sleeping...I usually always compose at home and alone, I need to have intimacy, I have difficulties working with others, it's as if my emotions were transferred directly in my music, I need to be peaceful, at home...so 'music for ' was an exception, but in fact it was made in my parents home, so there was intimacy there also...

CM>>>Do you wrote all songs continuously, I mean for example from December until March? Or are these songs a resume of several years?

Laurent>>>No I usually write songs continuously as I need to obtain a kind of unity which is difficult to obtain if you used tracks from years ago...but in this album (music for) some melodies are very old: 1999 or before, (you can't help me, you're gone), but I create new songs with these piece of melodies...

CM>>>Your music is a combination of down-to-earth songwriter music with ultra fine melodies played with "real" instruments, accompanied by electronic arrangements. Is your fascination for melodies and your giftedness to create melodies the reason that you call yourself "Melodium"?

Laurent>>>melodies are what is more important in music for me...I can't help making melodic stuffs, and I’m glad if people are saying my melodies are touching their heart...I’m happy if someone is crying while listening to my music, I’m a sadist ;-)...I called myself Melodium because of my love for melodies

CM>>>For me as a German the word "Melodium" sounds like an instrument. Like a human instrument. Have you been raised in a musicians family? When have you started to play an instrument and when have you created your first own songs?

Laurent>>>Melodium is in fact an instrument, it's a sort of keyboard...I was not raised in a musicians family at all! But my parents gave me the opportunity to take piano lessons and organ lessons for 4 years when I was about 13, at this time I was already trying to compose melodies...I learned guitar myself after a friend showed me the main chords...when I was in my engineer school, I was bored a lot, so I bought a synthesizer and began making electronica stuffs, when I had more money I bought bad microphones and recorded acoustic stuffs...I prefer playing classical guitar than keyboards, it's so relaxing...I’m bored at spending too much time on the computer, I usually cut and paste patterns and adding very few effects, I’m not a perfectionist, I like when you can hear there is a human behind the music...

CM>>>And when have you started to get interested in electronic instruments? And when have you bought your first one?

Laurent>>>I partly answer the question at the last one, I started interesting myself to electronica stuffs, when I discover ISAN and Boards of Canada, before that, I was feeling electronica was too cold...I’m not a fan of electronica stuff, only few bands are making really good stuff...I would say I'm keen on simple, emotional music, even it's made with electronic keyboards...

CM>>>When I looked at the artwork of " Music for Invisible People" I noticed that on the front the trees are cut and sawed into pieces. In the background of this scene you expect a forest, but it is cut out of the picture. Do the trees have a special meaning? What's behind the artwork? Your name and the person who lays on the ground floor is cut out of the picture, a hint to "Indivisible People" I guess?

Laurent>>>Originally, the picture is me laying on the ground like a dead body, in the forest, I have the idea of using it for the cover and at the beginning, I wanted to hide my body with silhouette traces like on a scene crime...Xavier (from depth affect) made the artwork and had the idea of cutting the sky...I like thriller books, I’m a fan of James Ellroy, Michael Connely, Henning Mankel, that's the atmosphere I wanted in
the cover, a dead body in the forest...I think I’m a bit obsessed by death too...

CM>>>I remarked that your voice is nearly in the background at the beginning of "Music for invisible People", than at the middle of the album the voice becomes more present. Is this just hap or is this fact chained to the songs? I mean that the titles of the first third of the album have a darker atmosphere..

Laurent>>>I don’t agree, the track 'I’m not already dead' is not dark except the title, but it's true the third track is very dark...all that wasn't studied, we try (with Stephane) to obtain that the tracks could follow well to each others...

CM>>> "My Xylophone loves me" is the name of one song that sounds more confident. Do you love your Xylophone?

Laurent>>>it's probably my favourite track of the album, what is weird is that the melody came out in my head...usually, I play instruments, improvise and when it sounds good I keep it...in fact I’m lying because it was not played with a xylo but on my keyboard...but I like a lot the sound of music boxes...

CM>>>By the way I saw some pictures of sitting behind a kind of " toy -piano ". Do you use this instrument for real?

Laurent>>>No, the photo was taken at my brother's home deep in the country, so there isn’t much traffic on this road...I found funny to play on a road with the toys of his children...

CM>>>Can you tell me something about your working and recording process? Where do you record your song and what kind of recording equipment do you use?

Laurent>>> I'm always recording instruments at home...I usually put the computer on, record, and improvise melodies, when I obtain something good, I re-record it or I cut and paste the melody recorded...after that I often play various stuffs upon the primary melody, then try to make a beat...for 'music for', I used guitars, melodica, flutes, keyboards, and a minidisc to record guitar melodies, which is not professional at all...now I have a better microphone to record guitars directly on my computer...

CM>>>I've also read that you never play live. What's the reason for this?

Laurent>>>The fact is I'm shy, a bit agoraphobic... and I find it useless...replaying my tracks is not what I'm looking for...I need to compose melodies, it's a compulsive need...I don’t know why...

CM>>>Would you describe yourself as a kind of loner or solitary person?

Laurent>>>Yes I’m a bit solitary, but I like people taken individually or within small groups...I don' like big groups of people, I like being in select groups...

CM>>>You work as an engineer. What kind of engineer. As a sound engineer?

Laurent>>>Not at all !!! Haha, I am a civil engineer, at the moment I help small towns to built their water treatment installations...

CM>>>I don't know too much about Angers, just know that a few experimental artists life in Angers and it's the home of Egotwister Records. What else can you tell me about Angers?

Laurent>>>It's a real peaceful town...relaxing place...I'm here for 2 years now...

CM>>>Besides music what else do you do?

Laurent>>>I'm reading thriller books and spend time with my wife...

CM>>>Can we expect another Melodium album next year?

Laurent>>>Yes, there is a CD album release on UNLABEL part of the series 52, it's made of unreleased electronica tracks...and there SHOULD be another album with French label 'arbouse recording' which will be a kind of ambient-folk album, and also an electronica ep with Norwegian label 'fenetre records'...these 2 records are already composed...

CM>>>What do you need for a perfect day?

Laurent>>>A good night, being with my wife all day long, a walk in nature, a snooze while listening to a good record...and watching a good movie at evening..

Interview Michael Mück

 
POPNEWS 06/2005

Cela fait quelques temps que l’on suit Melodium au fil de ses sorties, au gré des labels. Cette fois, c’est Autres Directions In Music qui accueille l’Angevin d’adoption pour l’album "La Tête qui flotte", première sortie sur CD du label et, pour l’occasion, Laurent Girard nous en dit en plus sur ce qu’il a dans la tête (qui flotte).

--Hellomusic
 Le premier morceau que j’ai composé pour l’album. La rythmique de la troisième partie est très artisanale, c’est moi qui tape des doigts sur la caisse de ma guitare classique. La mélodie de la dernière partie du morceau, après qu’une porte claque, est, à mon avis, une des plus émouvantes que j’ai composées, pourtant d’une simplicité extrême.

--Les psychotropes sont mes amis, puis mes ennemis...
 Ce morceau est une réinterprétation acoustique d’un vieux morceau que j’ai composé il y a quelques années et qui s’appelait ‘particule’. A l’origine, je n’avais utilisé que mon synthétiseur analogique et il était purement instrumental. Avec le chant de Dudley il est beaucoup plus pop et les chœurs que j’ai chantés sont un peu désaccordés mais c’est amusant comme ça. La rythmique du milieu, c’est moi qui tape de la main sur la poche de mon pantalon contenant des pièces de monnaie.

--Se rayer provisoirement de la liste des vivants
 Que dire... j’ai beaucoup galéré pour assembler les notes de violons qui sont d’ailleurs trop pitchées et sonnent comme un violon synthétique. J’aime bien la fin avec le synthé désaccordé qui vient pervertir le morceau.

--Kill Me With a Smile
 J’ai hésité à inclure ce morceau car il me paraît trop basique, le bon vieux morceau de rock. J’ai finalement décidé de le retenir car il fait partie de l’histoire de la composition de cet album, Melodium se lâche un peu en quelque sorte. D’ailleurs ce disque est un lâcher-prise comme on dit dans les milieux psy. C’est moi qui chante et vu que j’ai honte de ma voix et des conneries que je chante, je l’ai triturée.

--Emptykuerten
 Le titre fait référence à Kuerten le tennisman qui me donne l’impression d’avoir la tête creuse quand il gambade comme une chèvre sur le court central de Roland Garros.

--Le creux est ma matière première
 Un de mes morceaux favoris de l’album, composé avec Dudley hyper rapidement. J’ai commencé par le piano, il m’a envoyé une première couche de guitare sèche et la rythmique, j’ai rejoué de la guitare, il m’a filé des nappes de guitares électriques dont j’ai retenu une boucle, j’ai tout assemblé... Par contre il a mis un temps fou à faire le chant, le saligaud...

--L’attachement aux symptômes
 Le violon est l’instrument qui m’émeut le plus avec le piano et la guitare acoustique. Malheureusement je ne connais pas de violoniste et j’ai donc chopé des notes par-ci par-là sur des disques.

--Mon baromètre mental
 Le morceau à la Yann Tiersen. Eh bien non, en fait c’est Max Richter qui m’a inspiré... La plus belle œuvre que j’ai découverte l’année dernière : l’album "Memoryhouse" est encore plus beau que "The Blue Notebooks"... Je me rappelle avoir eu des frissons en écoutant ça vautré sur mon canapé. Ca commence par de la pluie qui tombe car il pleut tout le temps à Nantes - je suis sur Angers maintenant et il flotte moins souvent, intéressant non ? Après, j’ai eu envie de massacrer le morceau en le noyant dans la distorsion et le broyant dans une machine infernale.

--Interlude pour dépressifs
 Une vieille mélodie que je gardais dans un coin. Jouée au synthé car je n’ai pas de piano mais j’ai de petites astuces pour le faire sonner un peu comme du piano. D’ailleurs la boucle de piano n’est pas parfaitement calée car je ne suis pas un très bon bricoleur.

--Gamm-recomposé
 Un morceau sorti à l’origine sur un 45 tours chez Active Suspension. Je l’ai réinterprété entièrement en incluant un mélodica désabusé et des chœurs d’outre-tombe. Il est encore plus triste que sur le 45t.

--Marcher à l’envers dans Nantes-Atlantique
 Oui je sais, tout le monde me dit que j’ai pompé sur Plaid. Ce n’est pas voulu et pas grave vu que je suis fan de Plaid, un groupe qui mériterait encore plus de succès d’ailleurs. Les sons ont été enregistrés dans l’aéroport de Nantes et je les ai inversés, d’où le titre...

--Greg Davis > Craig David
 Un interlude folky avec des sons enregistrés à Compiègne lors d’une course de chevaux, normalement on peut entendre un cheval au galop, mais je crois qu’on ne l’entend pas du tout en fait...

--La Chanson de Laïs-Salomé
 A une période où j’enregistrais tout et n’importe quoi avec le micro et le mini-disc de Stéphane (le boss), j’ai fait chanter ma petite nièce. Ca n’a pas été simple... Ensuite j’ai retrouvé une boucle de guitare qui miraculeusement s’adaptait parfaitement au chant. Un sacré coup de bol pour un morceau d’une naïveté incroyable.

--La Fin de tout
 Un morceau poppy que j’ai composé récemment. C’est moi qui chante et je n’ai même pas filtré ma voix... Dans la rythmique, il y a des sons d’une masse tapant sur un crochet quand j’ai coupé du bois...

--La Vie est plus belle depuis...
 J’ai ressorti ma flûte du collège, ma guimbarde et j’ai composé un morceau de country second degré, pour finir l’album sur une note ironique. Globalement, ce n’est pas un album triste, disons que durant la période de composition, j’ai ri du malheur et éprouvé une joie désespérée.

LOOP 12/2004

Melodium, aka Laurent Girard, based in the city of Nantes, France, has more than 10 years in the music field and in 1999 a 7 inches is released on Static Caravan. Soon are published his works on Disaster Of Choice, Activates Suspension, Peter I'm Flying Pan and Grounded Record, of which there are two 7" and two CD's and tracks included on compilations. Girard’s electronica is essentially melodic and of there the name of this project, to which noises and fractured rhythms are added, sounds that are shaped in his recent "Parthenay EP" [Autres Directions In Music, 2003] that contains remixes of the French artists Motenai & Mimao, Dudley and Depth Affect, which are other names that conform this scene that could tie with the proposals of Audio Dregs and Neo Ouija. More info at autresdirections.

--Melody and noise combine perfectly in your music even there some epic track like on "Terminus". There is an especial idea behind this melodies.
"Melodies are for me the most important aspect of my music, therefore the name "Melodium", "noises" and beats are just here to complete tracks. I want that my tracks have an emotional power that's why I don’t really focus on the technical aspect of my material, I prefer creating sensitive melodies."

--How did you get into producing?
"I make music for many years now [more than ten], I decided one day to send a tape to a label and Geoff at Static Caravan liked it and it was my first release I was so happy cause I wasn't sure of the potential of my music and then other labels contacted me for other releases, I'm very lucky I think cause I know so few people involved in music."

--The remixes are brilliant because the tracks have a completely new proposal. Dudley gave a folk touch to "Mmiomm" and Depth Affect a hip-hop rhythm to "Terminus". How these remixes arise?
"Yes I think there are very interesting; Motenai just used my material as a background sound and Dudley reinterpreted my melodies with his acoustic guitar and Depth Affect gave terminus a hip hop tune but there was no directives, they did what they wanted and it’s a cool result for remixes."
--It seems you have contacts with other French artists around France. How is it the electronic scene in Nantes.

"No in fact I'm very isolated because I'm shy and my music is like my baby I've difficulty sharing it with other people, I'm more open for collaborations now, Stephane at Autres Directions knows other artists in Nantes and proposed them to remix me I don't know if there is a good scene in Nantes, but Motenai who remixed me release a great album on Effervescence label called "My Wedding Alone", and Depth Affect is making a great mix between hip-hop and electronica, Dudley will be the second reference of Autres Directions In Music."

--Do you have any side-projects?
"No in fact I have a full time work so not all my time free to make music, that’s why I focus only on Melodium's material for the moment."

FUGUES 12/2003

Laurent Girard : J'ai toujours bien aimé la musique électronique. Quand j'étais petit, c'était Jean-Michel Jarre. J'étais hyper fan. Je ne peux pas dire que j'aime tout ce qu'il a fait mais j'aime bien Equinoxe encore. Je trouve que c'est un super album. Ce que j'aime, ce sont ces deux premiers albums. Ceuxlà continuent de me plaire même si je ne les écoute plus. Je n'en ai pas honte, je m'en fous. Mais je pense que ça a beaucoup joué dans ce que je fais. Mes parents n'écoutaient pas trop de musique et en fait, je n'ai pas été influencé par la musique de mes parents ou de mes frères parce qu'ils n'écoutaient pas du tout ça. C'était ma musique. J'ai même écouté du hard rock pendant un moment. C'est très mélodique, le hard-rock. J'aimais bien les trucs violents pendant un moment. Maintenant, je trouve que ce que je fais est plus violent que ce que les gens disent. Quand je lis les chroniques, c'est souvent décrit comme le truc paisible. Les gens à qui je fais écouter disent tous que c'est trop paisible. Mais moi je trouve qu'il y a un coté glauque. Et personne ne le voit, personne ne le perçoit. C'est marrant. Quoique je crois que j'ai du lire une chronique de l'album sur Peter I'm Flying où le mec disait que je devais avoir des choses bizarres dans la tête.

Je fais de la musique depuis hyper longtemps mais comme ça, sur mon synthé. J'ai fait un peu de guitare acoustique, électrique même un peu, mais je n'en faisais pas parce que je n'avais pas de matériel pour enregistrer. Je n'en faisais que comme ça. J'ai aussi fait du piano quand j'étais en CE1-CE2 peut-être. J'en ai fait deux ans et je me suis mis à l'orgue électronique ensuite pour faire du Jean-Michel Jarre. J'adorais. J'ai commencé à composer après. Il y a à peu près 8 ans, quand je suis arrivé dans mon école d'ingénieur, je me suis acheté un synthétiseur. J'ai commencé à faire des choses plus sérieuses parce que j'avais plusieurs pistes et je me suis amusé à faire des morceaux plus complets. Mais je me rappelle qu'au début, j'essayais de faire des sons un peu organiques à partir de mon synthé, des flûtes, des choses comme ça. Je me suis rendu compte que c'était pourri, que ça ne servait à rien. Avec un synthé, tu ne peux pas imiter un son d'instrument de manière satisfaisante. Alors je me suis dit que j'allais faire de la musique électronique ensuite et quand j'ai écouté l'album d'Isan Beautronics, ça m'a incité à continuer et à essayer d'envoyer des morceaux. Je faisais déjà des choses qui ressemblaient à ça.

Quand Static Caravan a sorti mon premier disque, je n'avais même pas Internet, je n'y connaissais rien. Je ne connaissais pas du tout les petits labels. Même les 45 tours, c'était limite si je savais que ça existait encore à vrai dire et j'écoutais surtout de la pop ou du post-rock. Je n'écoutais pas encore beaucoup de musique électronique à cette époque même si j'en faisais sur mon synthé. J'ai découvert tout un petit monde souterrain, tous ces petits labels qui sortent des 45 tours. Après, ce sont des gens qui m'ont contacté suite à ce premier 45 tours. Et ça s'est fait naturellement. J'ai eu du bol. Je me suis acheté un ordinateur ensuite, quand j'étais à l'armée et je me suis mis à jouer de la guitare. Je savais jouer. Depuis toujours j'avais envie de mettre de la guitare et des instruments mais je n'avais pas de matériel. Alors je me suis acheté un micro, complètement nul d'ailleurs. Et j'ai joué de la guitare sur mon premier album, Quietnoisearea. On dirait du folk presque. J'avais envie de faire ça et ça me faisait vraiment plaisir de jouer de la guitare, de mettre des sons. Le piano par contre, ce n'est pas un vrai piano. C'est mon synthétiseur mais j'essaie de faire en sorte qu'il ne sonne pas trop mal. Ça ne m'intéresse pas de faire un truc hyper technique à la Autechre. Je m'en sens incapable et je préfère les choses très simples. Une mélodie de guitare, une mélodie de piano, quelque chose chargé d'émotion. C'est ce qui m'intéresse.

A l'époque de mon premier 45 tours, un disque ça me suffisait presque. Et je n'avais jamais vraiment rêvé de faire un disque. J'étais content parce que je n'y croyais pas. Mais je ne savais pas du tout ce que ça allait donner après, je m'en foutais en fait. Je fais de la musique tout seul depuis toujours et si ça avait continué comme ça, ça n'aurait pas été la fin du monde. Maintenant, je crois que je suis moins comme ça. J'ai envie de sortir des trucs. Je crois que je n'ai pas un parcours classique mais d'un autre coté, ça fait peut-être 15 ans que je fais de la musique. Mais pas de manière professionnelle, juste quand j'en ai envie. Et j'ai envie que ça reste comme ça. C'est mon passe-temps, ma petite passion. J'en fais quand j'ai du temps libre. Je n'ai pas envie que ça prenne toute ma vie. Je pense que je deviendrais cinglé. J'ai mon boulot, la musique. Ça me permet de stabiliser un peu la chose. C'est un besoin de faire de la musique mais je ne veux pas que ça prenne toute la place. Mais c'est comme quand tu as une passion pour quelque chose, tu ne peux pas t'en empêcher. Faire des morceaux, il n'y a que ça qui m'intéresse. Tout le reste, je m'en fous.

Je n'ai pas envie de faire des concerts parce que je n'ai pas envie de réinterpréter mes morceaux. Je ne vois vraiment pas l'intérêt, surtout de la musique électronique. Quel intérêt y a t il à appuyer sur "play" sur ton logiciel, à changer deux trois trucs ? Quand tu as un groupe, ça peut-être sympa mais quand tu es tout seul derrière ton ordinateur ? Ça ne me tente pas du tout. Je pense que j'aurais du mal à jouer si il y avait des gens qui me regardent. Je suis timide aussi je pense. Et je n'aime pas trop les rassemblements. Ça me fout les boules, je suis à moitié phobique par rapport à ça. Donc je fais de la musique comme ça dans mon coin. Maintenant, je veux bien jouer avec d'autres gens mais les concerts, ça ne me tente pas. C'est un problème pour les labels parce que ça permet de faire connaître, de vendre plus de disques mais je leur dis. Je n'ai jamais envisagé de faire des concerts, d'aller jouer de la musique devant des gens. Et à vrai dire, je ne suis pas fan des concerts. Ça me fait chier un peu de rester debout. Je ne trouve pas que ce soit une bonne position pour écouter de la musique. Mon truc, c'est de faire ma musique chez moi, peinard, d'être dans un état d'esprit particulier et de me laisser aller.

Je suis content quand je lis des chroniques par exemple, quand je vois qu'il y a des gens qui s'intéressent à ce que je fais. Je ne peux pas dire que ça me laisse indifférent mais c'est vrai que quelque part, je ne vois pas trop les retombées. Je regarde juste sur Internet quand il y a des gens qui parlent de moi. Mais je suis quand même content quand on m'envoie le disque fini. C'est agréable de voir ce que tu as fais chez toi tout seul qui se retrouve sur un disque et que d'autres gens peuvent écouter. C'est super. Ce n'est pas rien. Et je me réécoute un peu mais pas très souvent. Je les ai tellement écouté pour les faire. Mais j'aime bien, ça dépend des cas. Le premier album, ça me fait un peu bondir quand je le réécoute. L'aspect technique me dérange un peu. C'est quand même assez lo-fi et ça me gène plus. Les autres non. Le premier album, je l'ai fait d'une traite, en peu de temps. J'étais tout content de jouer de la guitare, j'avais mon ordinateur mais je ne revenais pas sur les morceaux. Je n'ajoute pas beaucoup d'effets. Je n'utilise jamais de samples de musique extérieure. Tout ce qui est dessus, c'est moi qui l'ai joué et je ne veux pas faire autrement. Ça ne m'intéresse pas de reprendre une belle boucle de guitare et de faire un morceau par-dessus si elle n'est pas de moi. C'est un peu facile. J'ai envie que ce soit mes mélodies. C'est ce qui m'intéresse dans la musique. Dans l'électronica, je trouve qu'il y a peu de bonnes choses. C'est un peu la même recette et niveau mélodique, ce n'est pas très poussé mis à part Domotic, Isan, Boards Of Canada, Autechre… J'ai un peu arrêté ces derniers temps d'écouter de l'electronica. Je me suis remis à écouter de la pop, des choses comme l'Altra. Ça m'a vraiment marqué.


--En écoutant ta musique, je me suis arrêté sur l'expression "Quietnoisearea". C'est quelque chose qui parle, comme beaucoup de titres que tu donnes à tes morceaux.
Quietnoisearea, ça vient du boulot. C'est une zone de bruit calme. Je travaille dans l'environnement, à l'équipement, et ça existe en bruit. Quand tu as une route, on définit des zones autour de la route et tu as des zones où l'impact de la route ne se fait pas sentir. On appelle ça des zones de bruit calme et je trouvais que ça allait bien avec ce que je faisais. Et puis l'aspect quiet/noise, c'est un peu opposé. Ça me faisait marrer. Le titre de l'album A Possible Way Of Spending Time, c'était quelque part pour exprimer le fait que pour moi, faire de la musique, l'écouter, c'est une façon d'occuper mon temps. Je trouvais ça marrant de mettre ça dans un titre. Et en même temps, c'est humble, comme pour dire que faire de la musique n'est pas un truc hallucinant. A Slight Difference In The Air Pressure, c'est la définition d'un bruit, une différence de pression. Je l'ai trouvé dans 1984. J'ai une version de 1984 en anglais, je lis ça et je trouve des titres là-dedans. J'adore ce livre. Comme je ne suis pas très bon en anglais, ça me permet de trouver des choses. L'anglais, c'est indispensable mais je ne cherche pas trop à comprendre les textes dans les chansons. C'est la manière dont on chante qui m'intéresse. Il y a peut-être Adam Green, Friends Of Mine, dont j'aimerais trouver les paroles. J'adore ce disque et j'aimerais bien savoir ce qu'il dit. Mais les paroles, je pense que ça ne me touchera jamais. Je ne suis pas dans le texte, je suis uniquement dans l'aspect musical. C'est con parce que peut-être que les gens se creusent la tête pour essayer de dire des choses mais je ne suis pas réceptif à ça. Ce qui m'intéresse, c'est l'impact émotionnel de la musique. Quand j'écoute un disque chanté, je suis uniquement sensible à la façon dont il chante. Pour moi, le chant est comme un instrument.

Il y a plein de gens qui disent que ce que je fais, c'est de la musique d'ambiance. Parce qu'il n'y a pas de chant, parce que c'est calme. Moi, j'écoute surtout de la musique instrumentale. Ça provoque beaucoup plus d'effets que de la musique chantée. Explosions In The Sky par exemple, c'était la claque. Il n'y a personne qui chante mais je peux te dire que ça vit. Ils font de super belles mélodies à la guitare et tu as presque l'impression que c'est joué au clavier. En ce qui me concerne, je ne sais pas pourquoi je fais de la musique comme ça. Quand je joue une mélodie, c'est toujours triste. Je n'ai jamais fait de morceau gai en fait. Je n'écoute que des choses tristes. C'est intime. Il y a des gens qui font de la musique tout seul chez eux et qui font des trucs marrants. Mais ça ne m'intéresse pas trop de faire de la musique marrante. Ou alors dix secondes, maxi. Je crois que je n'aime pas trop la fête. Je trouve que les gens ne sont pas sincères quand ils font la fête. Se bourrer la gueule et faire le con après, qu'est ce que ça apporte, pas grand-chose. C'est marrant dans l'instant mais je préfère discuter avec des gens, comme ça. Et puis il y a le coté paraître aussi qui m'énerve. Je suis un peu autiste, je crois. Pour le nouvel an, je vais faire un truc soft. Ça ne m'empêchera pas d'aller me marrer dans la rue mais une grosse soirée, c'est le genre de truc qui me saoule. Cet été, j'ai eu des problèmes de vertiges et je suis devenu agoraphobe pendant un moment. Je ne peux pas l'expliquer. Dès qu'il y a des groupes, je me sens mal à l'aise. Par contre, j'aime vraiment discuter avec des gens quand il y a un vrai échange. Et dans des groupes, il y en a rarement. Je ne suis pas non plus allergique à ça, j'adore me marrer, raconter des conneries mais je ne suis pas un showman, c'est clair.

--Personnellement, Il m'arrive souvent de regarder par le hublot de ma machine à laver plutôt que de sortir.
Je n'ai pas de hublot sur ma machine à laver. Mais quand je vais dehors, je fais énormément attention aux sons. Je suis très sensible à ça. Par exemple, j'adore le bruit des essuie-glaces. J'aime bien les bruits de la ville, de la campagne. Il y a des bruits qui sont marrants dans la vie. Mais je ne suis pas particulièrement attaché à Nantes. J'aime bien mais si je dois changer de ville, ça ne me dérangera pas. Pourtant tous les gens adorent Nantes. Mais je pense que c'est plus une image que la réalité. Je ne trouve pas que ce soit une ville très belle. Les gens s'imaginent plein de trucs. Nantes, c'est au bord de la mer. Mais il fait souvent un temps de merde et ça commence à m'énerver un peu
d'ailleurs. Je n'aime pas trop la flotte. En fait, je ne choisis pas un moment particulier pour faire de la musique mais il y a un moment où j'ai vachement envie de faire de la musique, c'est quand je vais voir un film au cinéma. Tu es complètement déconnecté quand tu sors de là. Sinon, ça peut être n'importe quand. Le matin, le midi, le soir. Quand je m'emmerde aussi, mais quand on s'emmerde, généralement ce n'est pas super.

--Et il t'arrive de voir des choses ?
Je ne vois rien quand je fais de la musique. C'est dans la chambre, ça ne donne pas sur une fenêtre. Et je n'ai rien comme matériel. J'ai deux synthétiseurs et un ordinateur. Il y a une petite table de mixage dont je me sers rarement et puis j'ai deux guitares acoustiques, un mélodica. Je suis là et je ne vois rien. Tu as vu la vue qu'on a ? C'est pourri. Quand je fais de la musique, j'ai l'impression que je suis en pilotage automatique. Je saute d'un synthétiseur à l'autre, je suis complètement dans le truc. Quand j'étais à Tours, j'étais dans un tout petit appartement. Je me cognais souvent la tête et je ne réagissais même plus. C'est là que j'ai fait l'album sur Disaster By Choice, le premier. Et je peux te dire qu'il n'y avait pas beaucoup de place. Je pense qu'on peut faire des choses simples sans trop de matériel. Quand je joue de la guitare, je ne joue qu'avec deux doigts. Je claque souvent deux cordes en même temps. Je me rappelle que j'avais fait voir ça à un pote et il m'avait dit "c'est bizarre comment tu joues". Mais peut-être que ça apporte quelque chose de personnel aussi. Quand tu apprends comme ça, tu as ta façon à toi de jouer. C'est pour ça que je n'ai pas voulu prendre de cours de guitare je pense. J'avais la flemme. Je me suis tapé la prof de piano aussi. Mais je ne joue jamais sur un piano. Il y en a un chez mes parents mais il est désaccordé maintenant. Mais j'aimerais bien. J'adorerai ne faire un morceau qu'avec un piano, à la Yann Tiersen. J'aime bien ce qu'il fait. Au piano, c'est très beau. Mais je ne pense à rien quand je l'écoute. Je n'ai pas beaucoup d'images qui me viennent quand j'écoute de la musique. J'ai l'impression que les gens ont des images mais moi aucune. Je devrais peut-être consulter pour ça. Mais je pense que ma musique, c'est l'inconscient qui se transfert sur les instruments et tout. C'est pour ça que je suis complètement déconnecté dès que je me mets à faire de la musique. Je ne pense à rien. Jamais je ne me dis je vais penser à cette ballade que j'ai fait et faire un morceau. Je ne fais jamais ça. La musique, c'est vital pour moi. C'est le seul espace où je suis libre. Personne ne m'emmerde et je fais ce que je veux.

AUTRES DIRECTIONS 05/2002

Après un premier album paru chez les italiens de disaster by choice et malheureusement pas venu à nos oreilles, le nantais melodium publie son second opus, a possible way of spending time, qui sort chez peter i’m flying, déjà responsable d’une chouette compilation et du premier margo. avec ce nouveau disque, melodium livre un album douceureux et intimiste, entre pop et électronica. des peintures naïves et pointillistes.

--Ton premier single est sorti chez Static Caravan. Comment cela s’est-il fait ? Peux-tu nous éclairer sur tes débuts ?
melodium : C’est un pur hasard, je souhaitais acheter le CD d’ISAN, Beautronics, j’ai écrit à Tugboat et j’ai glissé discrètement une cassette de mes compositions. En recevant le CD, il y avait un petit mot encourageant de la part du responsable du label et un mois plus tard j’ai renvoyé des morceaux qu’il a transmis à Static Caravan. Mon premier 45 tours est donc sorti à la fin de l’année 1999 enregistré à la base sur une cassette avec un synthé. Static Caravan est vraiment un label excellent qui donne la possibilité aux artistes de sortir bien souvent leur premier disque même s’ils ont des moyens de production dérisoires, ce qui est assez rare...

--A Possible Way Of Spending Time est ton troisième album, dont la sortie précède celle du second chez Disasters By Choice, alors que ton premier disque est sorti sur ce même label il y a à peine plus d’un an. Qu’est-ce qui justifie une telle production ? N’as-tu pas peur de t’éparpiller ?
Je me suis investi énormément dans la musique pendant une période et j’ai accumulé beaucoup de morceaux. Je suis même arrivé à un stade où j’avais l’impression de produire des morceaux à la chaîne sans les approfondir. Je pense que c’est lié au fait que je suis accro à la sensation que je ressens lorsque un morceau prend forme. Je suis parfois surpris de laisser un morceau en croyant avoir trouver une mélodie tueuse et d’être déçu par le résultat lors de l’écoute suivante. En tout cas, il n’y pas si longtemps, j’avais à peine commencé un morceau que j’avais déjà envie de passer au suivant. Je me suis calmé maintenant et je m’oblige un peu à passer plus de temps sur les morceaux. La sortie de 2 albums cette année (enfin si rien ne vient retarder la sortie du deuxième...) est aussi la conséquence des délais entre la composition des morceaux et la sortie des disques.

--Pourquoi ton troisième album ne sortira-t-il finalement pas chez Audiodregs comme cela était prévu ?
Il y a erreur... En réalité, je souhaitais sortir sur Audiodregs une compil’ avec des morceaux non utilisés. Mais il y a eu un malentendu car ils croyaient que je voulais sortir un album avec une véritable unité. En fait, ils n’arrivaient pas à regrouper des morceaux formant un ensemble cohérent parmi tous les morceaux envoyés. Donc j’ai préféré leur dire de laisser tomber, je me suis dit que ça ne servait pas à grand chose de sortir une espèce de compilation d’anciens morceaux vu que je préfère généralement les plus récents.

--En quoi A Possible Way Of Spending Time est-il différent de tes autres productions ?

Tout d’abord, j’ai utilisé des nouvelles méthodes de compositions moins conventionnelles pour moi, mais c’est peut-être pas perceptible. Je manque de recul pour le comparer à mes autres disques, peut-être est-il plus personnel et plus mystérieux. J’aimerais franchement pouvoir l’écouter pour la première fois et savoir ce qui se passe dans la tête de l’auditeur.

--Qu’est-ce qui t’a initié à la musique électronique ?

Pendant mon enfance, j’ai découvert la musique en écoutant Jean-Michel Jarre et notamment l’album Equinoxe puis j’ai abandonné rapidement la musique électronique et suis passé à autre chose. Je me suis remis à écouter la musique électronique avec l’album de Boards of Canada que j’ai acheté uniquement parce que la pochette m’intriguait. Et là, j’ai reçu un choc, c’était la musique la plus étrange que j’avais jamais écoutée et ça m’a plongé dans un état bizarre, j’étais complètement obnubilé par ces mélodies venues d’ailleurs et je me passais ce truc en boucle comme un possédé. Ensuite j’ai découvert Autechre qui a fini d’achever la vision standardisée que j’avais de la musique. Sinon ça fait longtemps que je me suis mis à composer des mélodies, vers l’âge de 10 ans, d’ailleurs je me revois jouer des mélodies sur un orgue électronique en temps réel au casque pendant des heures, ce qui devait inquiéter mes parents... Je m’amusais d’ailleurs à bidouiller déjà un peu... j’ai laissé tomber pendant un bon moment mes jeanmicheljarreries à 2 balles...et j’ai appris sommairement la guitare acoustique. Durant mes études, il y a 5-6 ans, commençant à sombrer dans un ennui assez profond, sur un coup de tête je suis parti m’acheter un synthétiseur et je me suis mis à faire des rythmes. L’achat d’un ordinateur il y a 2 ans environ m’a permis de créer des morceaux plus complets.

--Qui est Go Segawa ? Qu’est-ce qui l’a séduit dans ta musique et qu’est-ce qui, de ton côté, t’a séduit dans son travail ?

C’est le label qui s’est occupé de la pochette. Ils ont rencontré Go Segawa lors d’une exposition à Rennes et lui ont demandé s’il accepterait que son installation soit utilisée pour une pochette de disque. Je n’en sais pas plus et ignore s’il a écouté le disque.

--Penses-tu t’inscrire dans cette mouvance de jeunes artistes électroniques français, allant de M83 à Shinsei ou Domotic ?
Je ne sais pas, nos musiques ont certainement le point commun d’être une electronica assez pop. Mais je n’ai pas le sentiment d’appartenir à un groupe quel qu’il soit, je fais de la musique car cela m’apporte un certain équilibre. Mes liens avec le milieu musical sont très restreints, je suis en fait totalement isolé, je me contente simplement de composer des morceaux dans mon coin, de les envoyer à des labels et d’attendre... Parmi les groupes que tu cites, j’ai beaucoup apprécié l’album de Domotic qui est à la fois émouvant et impressionnant au niveau du travail sur le son.

--Plutôt que de rythmer ta musique avec des beats, issus du hip-hop par exemple, tu utilises souvent des bruits que tu trafiques pour créer ta propre rythmique. Qu’est-ce qui te plaît dans cette démarche ?

Tout d’abord je suis limité en matériel et je me sers de ce prétexte pour essayer de tout créer de manière plus ou moins artisanale. J’ai du mal à apprécier un morceau avec un rythme trop conventionnel, ça m’ennuie rapidement. Ce qui me plaît, c’est de tout créer moi-même et de manière assez hasardeuse, je dispose des sons un peu au hasard et j’attends d’obtenir quelque chose s’apparentant à une rythmique.

--L’idéee de collaborer avec d’autres artistes t’excite-t-elle ?
Pour le moment, je n’ai jamais collaboré avec d’autres artistes tout simplement parce qu’on ne me l’a jamais proposé. Je ne suis pas contre mais je me vois mal composer avec une personne à côté de moi. J’envisagerais plutôt une collaboration à distance comme peuvent le faire certains groupes, encore faudrait-il que quelqu’un me contacte car je n’oserais certainement pas faire le premier pas.

--Dans la composition de beaucoup de tes mélodies comme dans tes rythmes, tu sembles attaché à une vague notion de flux/reflux, de va-et-vient & de balancement. Qu’est-ce qui justifie ton attachement ?

Je vois moyennement ce que tu veux dire, en tout cas ce n’est pas conscient. La plupart du temps, lorsque je débute un morceau, je n’ai rien en tête, je laisse mes doigts se déplacer sur le clavier, j’enregistre tout, quand j’entend une mélodie agréable une petite joie m’envahit et je stoppe l’enregistrement. Plus tard, je fais des choix plus conscients pour agencer les pistes et donner une structure au morceau. En fait, je fais de la musique électronique car je trouve ça amusant, j’envisage ça comme du bricolage. Mais au delà de l’aspect ludique, je suis attaché à transmettre des émotions à l’auditeur, je pense que ce qui caractérise le plus simplement mes morceaux est la mélancolie.

--Aimes-tu réécouter tes disques ? As-tu généralement des regrets concernant tes enregistrements ou les considères-tu comme des étapes forcées dans ton apprentissage ?
Ca dépend, c’est clair que je les écoute énormément pendant et juste après la composition, c’est peut-être même excessif et mon voisinage doit en souffrir... Par contre, une fois qu’ils sont sur un disque, je les écoute beaucoup plus rarement et j’ai des difficultés à porter un jugement. En fait, j’ai du mal à me détacher de l’aspect technique, ce qui est assez triste... Quant à ta dernière question, c’est clair que mes différentes sorties m’ont donné une motivation pour tenter d’améliorer ma musique.

--Comment penses-tu que ta musique va évoluer ? L’imagines-tu plus pop ou, au contraire, plus expérimentale ?

Je n’arrête pas de changer de direction. Suite à cette album, j’ai composé des morceaux assez acoustiques avec des sons plus sales et formant un ensemble un peu plus bordélique et après ça je me suis remis à des morceaux plus classiques. En ce moment, j’essaye de me remettre en question car je ne m’imagine pas sortir cent fois le même disque. J’ai parfois envie d’introduire plus de tension dans ma musique mais ça reste encore très flou...

--Qu’est-ce qui te motive aujourd’hui dans ta création ?

Avant tout c’est le plaisir que je prends à composer des mélodies puis les inverser puis les superposer avec d’autres issues d’autres morceaux... Ca fait tellement longtemps que je fais de la musique que je ne me pose plus la question de savoir pourquoi je passe des journées renfermé plutôt que d’errer comme un zombie dans les rues. A la base je pense être venu à la musique par ennui et certainement pour me purger le cerveau. J’essaye actuellement de limiter mon investissement pour laisser une place à d’autres activités mais au bout d’un certain temps, je ressens presque un manque physique. Je pense être dépendant et depuis trop longtemps pour m’en détacher facilement. Par ailleurs, j’ai de plus en plus la sensation d’être moins libre quand je compose des morceaux en sachant qu’ils pourront être sur un disque. Je pense qu’un peu de recul et d’abstinence me feraient le plus grand bien...